Cours :   La morale

 

 

 

Définition : Ensemble de règles qui définissent le bien et le mal

 

 

 

Problématique : Les principes moraux de la conscience sont-ils innés ou acquis ?

 

 

 

L’enjeu du sujet concerne l’existence de principes moraux universels. Si l’on affirme que la morale provient de l’éducation et du groupe social alors on est forcé d’admettre que les principes moraux évoluent et même s’opposent : « autres temps, autres mœurs ». En revanche si l’on peut trouver des principes moraux  inscrits en quelque sorte dans la nature même de l’Homme alors on pourrait espérer trouver des critères universels (valables en ce cas pour tous les Hommes).

 

 

 

I La morale en général

 

 

 

1/ Les principes moraux sont acquis :

 

 

 

A/ FREUD    L’éducation     Le surmoi

 

 

 

 

 

B/  DURKHEIM    La société

 

 

 

« Quand notre conscience parle, c’est la société qui parle en nous »

 

 

 

2/ Les principes moraux sont innés :

 

 

 

A/ ROUSSEAU

 

Référence au texte : L’EMILE

 

Conscience  = instinct divin (voix de Dieu en l’Homme)

 

 

 

Bilan – transition : la diversité des conceptions de la morale aboutit à un scepticisme moral. On doute, on ne sait plus ce qui est bien ou mal.   Or il  y a besoin de règles communes. Peut-on alors établir les normes d’une morale universelle ?

 

 

 

II La spécificité  la morale Kantienne

 

 

 

La MORALE FONDEE SUR LA RAISON

 

 

 

Principe de la morale se trouve dans la raison –

Kant cherche à établir des principes pur, a priori, nécessaires.

 

Morale pur = fondée la raison

Morale  a priori    = indépendante de l’expérience.

 Nécessaire = cela ne peut pas être autrement

 

Une action est morale en fonction de l’intention selon laquelle on agit (ex : cadeau) d’où la différence entre l’action conforme au devoir et l’action faite par devoir.  Il faut savoir sur quel principe se fonde l’action .  Pour que l’action soit morale, il faut qu’elle se fonde sur une règle établit sur la raison que Kant nomme l’impératif catégorique et n'obéissent à aucune autre motivation telle que la rechercher de l'intérêt ou du bonheur.
 

 

 

 

La raison formule des règles. L’impératif catégorique

 

 

 

Pour agir moralement, il faut suivre la règle de l’impératif catégorique. A distinguer des impératifs hypothétiques (conseils de prudence ou d’habileté . ex : si tu veux être en bonne santé alors pratique une activité physique).

 

 

 

Universalité :

 

« Agis toujours comme si la maxime de ton action puisse valoir comme loi universelle ».

 

Il s’agit de se demander si nous pourrions vouloir que tout le monde agisse comme nous. Souhaiterions nous que tout le monde agisse de façon identique ? Si ce n’est pas le cas, c’est que notre action est entachée d’immoralité. (ex : le mensonge, le vol, le crime…)

 

  

Respect de l’Homme :

 

La seconde formule de l’impératif catégorique met en avant le respect de la personne humaine : il s’agit de traiter autrui comme une fin  et non comme un moyen.

 

 

 

Autonomie :

 

La dernière formulation met en avant l’autonomie. La loi morale est une règle de conduite que l’on se donne soi-même et qui n’est pas imposée de l’extérieur. (Il s’agit pas de la loi de l’Etat).

 

 

 

 Ainsi Kant a cherché à établir une morale parfaitement rationnelle mais celle-ci est-elle vraiment applicable et n'entraîne t-elle pas des conséquences qui du point de vue du bon sens pourraient s'avérer critiquables ?